Mémoire/Concentration et sophrologie

MEMOIRE/CONCENTRATION ET SOPHROLOGIE

Au cœur de nos capacités mémorielles se trouve notre cerveau, parfois il peut être victime d’une simple baisse de performance ou encore tomber malade.

Trous de mémoire, manque de concentration sont les conséquences d’un stress, d’une fatigue, d’un manque d’entraînement mais aussi parfois d’une pathologie plus grave.

Pour préserver la mémoire, il faut essayer de comprendre comment le cerveau fonctionne.

LE CERVEAU

Il y a deux HEMISPHERES.

Le cerveau est l’organe le plus complexe.

Le cerveau est doté de deux grands hémisphères :

  • hémisphère droit : contrôle le côté gauche du corps,
  • hémisphère gauche : contrôle le côté droit du corps.

L’hémisphère GAUCHE

  • les habiletés logiques, le rationnel, l’analyse. Le langage : parler, écrire, penser avec des nombres, les calculs

L’hémisphère DROIT

  • les habiletés spaciales et la perception de l’espace, la reconnaissance des visages, la musique, l’émotionnel, l’intuitif, le créatif, la géométrie…

Il y a quatre LOBES

– le lobe FRONTAL,

– le lobe TEMPORAL,

– le lobe PARIETAL,

– le lobe OCCIPITAL.

Le lobe FRONTAL : l’aire motrice, le champ visuel, l’aire qui aide à trouver les mots.

Le lobe TEMPORAL : l’aire auditive, l’équilibre, l’aire olfactive.

Le lobe PARIETAL : l’aire des sensations (aide le corps à savoir quel endroit a été touché), l’aire gustative.

Le lobe OCCIPITAL : l’aire visuelle, l’orientation, le contour des images.

LA MEMOIRE

C’est la fonction qui permet de capter, de coder, de conserver et de restituer les stimulations et les informations perçues par l’individu. Elle met en jeu aussi bien les structures physiques que psychiques.

Dans le cerveau, il n’existe pas un centre de la mémoire mais une multitude de zones concernées par des réseaux de neurones et de cellules nerveuses.

Il existe différentes mémoires :

  • la mémoire à court terme,
  • la mémoire à long terme.

La mémoire A COURT TERME

C’est la mémoire immédiate, la mémoire de travail, la mémoire sensorielle.

La conservation des informations dure seulement de quelques secondes à quelques minutes, de ce fait l’oubli est en général assez rapide.

Cette mémoire fonctionne en permanence. Elle évite de s’encombrer l’esprit de choses, d’informations ou de souvenirs inutiles.

C’est la porte d’entrée vers la mémoire à long terme si l’attention est soutenue et s’il y a une réelle volonté de se souvenir de l’information.

La mémoire A LONG TERME

C’est une grande capacité de stockage et d’enregistrement des informations. Des stratégies de mémorisation associent les informations, les regroupent, les organisent, les visualisent pour s’en souvenir le plus longtemps possibles.

Capacité à retrouver des expériences passées qui ont été stockées.

Images souvenirs qui entrainent le développement de l’intelligence.

Mémoire de l’apprentissage, demande de la concentration, de la curiosité, de l’observation, de la sensibilité.

Encodage… Stockage… Récupération de l’information

LES DIFFERENTES FORMES DE LA MEMOIRE

Les psychologues différencient plusieurs formes de mémoire :

  • la mémoire procédurale,
  • la mémoire sémantique,
  • la mémoire prospective,
  • la mémoire épisodique.

La mémoire procédurale

L’individu peut faire des gestes « automatiques ». Exemple : faire du vélo (l’individu a appris la procédure et l’applique sans réfléchir pour pratique le vélo), idem pour la conduite d’un véhicule.

La mémoire sémantique

Elle rend possible l’acquisition et la rétention d’informations sur le monde : connaissances intellectuelles et générales, habileté verbale. Exemple : la mémoire sémantique permet de choisir des mots appropriés et juste pour décrire ce que l’individu tente d’expliquer.

La mémoire prospective

Elle entre en action quand l’individu essaie de se souvenir de réaliser une action plus tard.

La mémoire épisodique

C’est lorsqu’un individu se souvient de la dimension temporelle d’un évènement. Exemple : la date et le lieu : quand et où ?

LA MEMOIRE ET LES SENS

La mémoire est liée aux différents sens :

  • les souvenirs liés aux sentiments,
  • les souvenirs liés à l’odorat,
  • les souvenirs liés au goût,
  • les souvenirs auditifs,
  • les souvenirs visuels,
  • les souvenirs verbaux,
  • les souvenirs liés au toucher.

Les souvenirs liés aux sentiments

Pour coder les souvenirs, le cerveau utilise les émotions. L’état émotionnel au moment de l’évènement sera lié au souvenir. L’individu se souviendra plus aisément d’un évènement si celui-ci est empreint d’une connotation émotionnelle.

Les souvenirs liés à l’odorat

L’individu sent une odeur et soudain un souvenir ressurgit. L’odorat est un puissant déclencheur de souvenirs, lui-même lié aux émotions. Exemple : un parfum

Les souvenirs liés au goût

Le goût est lié au sens de l’odorat. Le goût est présent très tôt chez le bébé. Déjà dans le ventre de sa mère, le bébé ressent le goût du liquide amniotique. Le goût est un vecteur d’émotions. C’est un lien affectif lié à la nourriture. Il va graver les souvenirs de l’enfance.

Les souvenirs auditifs

L’individu associe à des sons des souvenirs de l’instant et des circonstances dans lesquelles ils ont été entendus. Exemple : le bruit de la mer ramène aux dernières vacances passées.

Les souvenirs visuels

Une image vaut tous les discours. L’individu utilise l’imagerie pour coder un grand nombre de souvenirs. La puissance des images peut demeurer des années dans son esprit.

Les souvenirs verbaux

Le degré d’utilité des mots comme déclencheurs de souvenirs dépend de la faculté à les utiliser. Si l’individu possède un talent linguistique, les nuances subtiles des mots peuvent véhiculer des souvenirs.

Les souvenirs liés au toucher

Les moins utilisés pour une stratégie de souvenir.

ENTRETENIR ET AMELIORER SA MEMOIRE

Pour entretenir et améliorer sa mémoire, il faut :

–     bien dormir pour se souvenir,

–     bien alimenter sa mémoire,

–     bouger pour sa mémoire,

–     stimuler sa mémoire.

LA MEMOIRE ET LA SOPHROLOGIE

  • travailler sur la concentration,
  • améliorer le souvenir,
  • oxygéner le cerveau par le pouvoir de la respiration,
  • se recentrer sur l’instant présent,
  • travailler son optimisme, facteur émotionnel permettant de stimuler l’intelligence émotionnelle,
  • développer l’utilisation des sens,
  • évacuer les tensions,
  • prendre conscience des capacités de l’individu.

 

Sylvie-Magali Kramrich, sophrologue certifiée RNCP

28 Bld Jules Verne 44300 NANTES

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *